Vendredi 16 avril 2021 | 1 visiteur(s) & 0 utilisateur(s)
logo

The Ward

Par guinch
Dernière modification : 06.09.2011, 20h12
Nombre de messages : 1
guinch : Mardi 6 septembre 2011, 20h12

Guillaume


JOHN CARPENTER'S THE WARD


John Carpenter aura attendu longtemps avant de réaliser The Ward, et l'attente en valait la peine.

L'action se déroule en 1966, suivant l'admission d'une jeune fugitive à l'hôpital psychiatrique de North Bend.

La première chose qui frappe est le générique, il est sublime et introduit le spectateur à travers gravures, daguerréotypes et photographies, aux avancées et errances de la psychiatrie jusqu'au jour de l'action.

En quelques minutes, Carpenter semble avoir brossé le tableau: une patiente est morte dans des circonstances mystérieuses (fantastiques dites-vous?), le staff de l'hôpital est froid, autoritaire ; le psychiatre semble condescendant.

Tout ceci semble si affreusement convenu.

Le groupe de pensionnaires, toutes des jeunes femmes, évolue entre cohésion et conflits ; les disparitions se poursuivent, sanglantes et introduisant un élément forcément fantastique.

A ce point de ma critique, vous devez vous dire que nous avons affaire à un bon vieux slasher-movie ; vous êtes dans l'erreur.

Et vous serez détrompé assez brusquement, alors que la fin semble proche, les éléments entreront en place... Et vous vous rendrez compte que le réalisateur a manipulé votre perception, et joué de sa réputation/filmographie pour ce faire.

The Ward nest pas un GRAND film, mais il a des mérites ; en fait, penser tout du long qu'il est convenu est ce qui rend d'autant plus agréable la surprise de fin.

Le sujet est bien traité, je me serai juste passé de la petite séquence finale... Un clin d'oeil au genre "horreur"? Cela atténue un peu le propos de "The Ward" je trouve, vous vous ferez un avis.

Han:"Comment on s'en sort?"
Luke:"Comme d'habitude."
Han:"Si mal que ça?!"

- Return of the Jedi
Motorisé par R3.3.3 Tali